Aperçu

Petites sociétés de courtage et sociétés de courtage indépendantes

Ces sociétés sont indispensables au fonctionnement de l’infrastructure financière du Canada, car elles offrent des produits et services uniques aux émetteurs, investisseurs et autres participants qui font affaire avec les marchés canadiens des capitaux. En plus des contraintes commerciales et réglementaires habituelles auxquelles font face tous nos membres, ces sociétés sont souvent aux prises avec des difficultés particulières ou plus grandes propres à leur créneau d’activités. Connaissant l’importance de ces sociétés, l’ACCVM déploie beaucoup d’efforts et consacre beaucoup de temps à défendre les intérêts de ces sociétés et à les aider à rester en exploitation.

Pourquoi?

Les pressions sur les coûts et la baisse des produits d’exploitation ont eu un impact généralisé sur l’ensemble du secteur des valeurs mobilières au Canada. Cependant, toutes proportions gardées, le choc a été plus brutal pour les petites sociétés de courtage et sociétés de courtage indépendantes. Un grand nombre de ces sociétés – qu’il s’agisse de sociétés institutionnelles ou de détail – sont devenues vulnérables et elles courent des risques. Des petites sociétés de courtage et sociétés de courtage indépendantes vigoureuses sont une composante clé du secteur des valeurs mobilières et aussi de la croissance économique du Canada. Leurs survie et croissance sont indispensables pour que : notre secteur reste compétitif; les petites et moyennes entreprises mobilisent des capitaux; les investisseurs de détail et les investisseurs institutionnels profitent d’un plus grand choix de valeurs mobilières. Pour plus d’information sur la défense des intérêts des petites sociétés de courtage et sociétés de courtage indépendantes par l’ACCVM, communiquez avec nous.

Au sujet du Comité des petites sociétés de courtage/remisiers

Le Comité des petites sociétés de courtage/remisiers de l’ACCVM aide les petites sociétés de courtage et sociétés de courtage indépendantes, incluant les remisiers, à définir leurs positions et intérêts et il les fait valoir. Il s’occupe des besoins de ces sociétés en leur fournissant une plateforme de réseautage avec leurs homologues pour partager des renseignements, parler de leur expérience et discuter de pratiques exemplaires. Il informe les organismes chargés de rédiger les lois et règlements des besoins particuliers de ces sociétés et il s’assure qu’ils en tiennent compte.

Pour plus d’information, communiquez avec Susan Copland, directrice à l’ACCVM.